François NED: un écrivain boulimique de travail ...

Lors d'un entretien à la presse, le romancier a insisté sur sa conception du travail et sur la passion qui l'anime lorsqu'il écrit un nouveau roman (ou un nouvel e-book).


Une rencontre avec cet auteur prestigieux nous a permis de mieux cerner sa personnalité et son caractère. Et le résultat est surprenant. « … Je n'ai aucune envie d'être encensé par la presse ou de recevoir un prestigieux prix littéraire, si j'accouche d'un nouveau roman policier » confiait NED à notre confrère. « La seule passion qui m'anime est celle de l'écriture. Certains sont attirés par le théâtre, le dessin, où la cuisine. Mon truc à moi, c'est de concevoir de nouveaux romans ... ». Il a ensuite expliqué que, lorsqu'il se retrouve dans son jardin (ou dans son bureau) devant son PC, il est pris d'une frénésie d'écrire un nouvel e-book (ou un nouveau roman). Il raconte même l'une de ses mésaventures matinales. Alors que la pluie menaçait, il commençait un nouveau roman policier dans son jardin et il était tellement plongé dans son travail qu'il n'a pas senti l'orage arriver. C'est seulement sous une pluie battante, qu'il a du rentrer rapidement dans sa maison, en emmenant son ordinateur, déjà bien mouillé.


Il y a de nombreuses années que François Ned écrit de nouveaux romans policiers (ou de nouveaux e-book) et il a su créer un style bien à lui, mêlant le narratif à la science-fiction et au mystère. Volontiers Bergsonien, l'écrivain évite de tomber dans le style moralisateur, même si, au détour d'une page d'un nouveau roman, il nous confie volontiers sa conception de la vie. « L'écriture est une invention fantastique, conclut-il, car elle permet d'ouvrir une porte sur l'imaginaire, tout en restant dans le réel ...».


Quoiqu'il en soit, nous lui souhaitons bonne continuation dans l'écriture de nouveaux romans (ou de nouveaux e-book), qui, en ce qui le concerne, témoignent toujours d'un grand optimisme et d'une conception du bonheur, de plus en plus rare actuellement.


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    a.chorfi@wanadoo.fr (vendredi, 31 octobre 2014 15:58)

    C'est super important l'imagination, et je pense que toute la journée, on a pas trop le temps de faire travailler son imagination. Donc, moi je pense qu'il faudra toujours des écrivains, des poetes et des peintres dans la société pour nous émouvoir et nous faire réver. Mais les gens ne pensent plus qu'à l'argent et au profit, à notre époque! C'est bien décevant ...

  • #2

    Aissaziani (mercredi, 05 novembre 2014 18:23)

    Moi j'aime les romans qui me font rêver. J'adore lorsque le récit qui est dépaysant et que je retrouve seule sur une plage, inondée de soleur et de lumière. J'adore les romans comme ça et j'en redemande chaque jour, car cela être bon pour la santé. Super!

  • #3

    BOURSEY58 (mercredi, 26 novembre 2014 18:25)

    Je pense que les écrivains ne s'engagent pas assez dans notre société. C'est très bien de raconter de belles fictions, mais notre société va mal actuellement et les guerres sont proches (UKRAINE, SYRIE). Pourquoi les romanciers et tous ceux qui écrivent ne pourrait-ils pas dire non à ces horreurs (enfants tués, femmes violées, ...). Pourquoi ne pourrait-ils pas demander -par le biais d'un roman- d'arréter ce massacre et de lutter contre les fléaux actuels (pauvreté, chômage, misère). Excusez pour le coup de gueule, mais moi ça me révolte. Jacques BOURSEY